Le vent d’automne invite au lâcher prise

Automne, émotions et lâcher prise

 

Automne

Ça fait déjà plusieurs semaines que c’est l’automne pour moi. Depuis fin juillet je crois, ou début août, je me sens comme en automne alors que l’été s’épanouit autour. L’automne, c’est les couleurs chaudes et riches, c’est l’abondance, c’est le vent de liberté dans les arbres. C’est des balades dans la nature, des noix et des courges, des matins brumeux comme je les aime, du feu dans la cheminée, et l’odeur des pommes. C’est la sensation de richesse.

J’aime le vent d’automne qui balayent les pensées. Pourrais-je moi aussi me laisser porter aux côtés des feuilles abandonnées par les arbres ? Je me souviens d’un soir où j’attendais seule dehors, dans la nuit. Adolescente, occupée avec mon mal-être habituel. Le vent me soufflait son réconfort à la figure, il me caressait autant qu’il me secouait, il me rassurait. Il prenait en charge mes doutes et mes angoisses comme on s’occupe d’un petit enfant. Il me vidait de mes préoccupations. J’ai toujours aimé le vent, en partie pour cela, et en partie pour la sensation que je pourrais m’envoler.

 

Emotions

Depuis, j’ai découvert d’autres manières de libérer les émotions. Ça fonctionne déjà bien pour moi avec les émotions légères et moyennes. Je constate d’abord que j’ai une émotion. Je ne la refoule pas et je ne la nie pas. Elle est là, je la reconnais et j’essaie de la nommer.

Ensuite, je me concentre sur les sensations physiques. Souvent ça commence dans le ventre ou au niveau du cœur. Puis je sens que ça remonte, dans la gorge qui se serre, dans la mâchoire qui se tend, dans la tête qui s’alourdit. Et ça finit pas sortir par le somment du crâne, ça s’envole vers le haut. J’ai la sensation que l’énergie émotionnelle remonte de chakra en chakra…

Il arrive que je doive recommencer le processus plusieurs fois. Et même si parfois l’émotion est encore là après, je me sens déjà bien plus légère ! Et l’émotion paraît bien plus faible, comme un écho lointain. Il me semble que cette méthode a un nom, je ferai plus de recherche si j’écris un article en BD 😉

Souvent, je m’interroge aussi sur le message de l’émotion : qu’est-ce que mon inconscient a à dire ? Y a-t-il des peurs, des croyances, des attentes ? Des parties de moi qui réclament de l’attention ? Cela m’amène à mieux me connaître.

 

Lâcher prise

Cette impression que l’émotion remonte vers le haut pour me libérer, je l’ai aussi quand je lâche prise. J’envoie le problème vers ‘là-haut’’, où l’intelligence universelle le traitera bien mieux que moi. Je garde confiance. Et souvent, quand je n’y pense plus, les bonnes idées arrivent à moi, et tout se règle dans la fluidité. Bon ok, j’avoue que des fois, je me prends encore la tête et ça ne marche pas comme je veux. C’est surtout parce que je garde l’attente du résultat, j’y tiens tellement, que je ne laisse pas la place aux nouvelles possibilités de me parvenir.

Lâcher prise, ce n’est pas comme lâcher un objet : pour les préoccupations, la gravité est inversée, il faut lâcher vers le haut !

Je te souhaite un vent de légèreté pour cet automne

Fanny

P.S. : Pour apprendre à lâcher prise, je te conseille d’aller voir le site de Lulumineuse (www.lulumineuse.com) 😉

 

 

 

2 thoughts on “Automne, émotions et lâcher prise”

  1. Bravo, c’est tout à fait ça 😉 !

    Je précise mon point de vue sur le lâchez prise qui est important, l’action primordiale. Cependant, nous confondons souvent un lâchez prise dit mental d’un lâchez prise émotionnel. Pour moi le lâchez prise mental, c’est on se dit « aller on le met de côté on verra plus tard.. » sauf que notre mental, il l’a toujours en tête dans un petit coin, qu’on se refuse d’aller y regarder. Pour moi le bon lâchez prise doit être le synonyme du « je m’en foutisme », un lâchez prise en profondeur pour se libérer l’esprit, les tensions corporelles et tout.

    Enfin, je terminerai là dessus, dans le vivre des émotions, il faut aussi accepter que ce n’est pas que mental, mais bien tout notre corps qui vie les émotions. Et notre corps s’exprime pour évoquer ces émotions. Comment fait-il ? Il se tends, se détends, créé de l’acide, de la fièvre, le mal de tête, mal estomac. il s’exprime par la maladie (Mal a dit). Alors écoutons notre corps, il nous aiguillera sur les émotions qu’on ne veux pas comprendre/accepter.

    Bonne continuation,

    Je t’embrasse.

    1. Bonjour Guillaume,

      En effet, si on ne fait que repousser ce qui nous dérange dans un coin obscure de notre tête, on ne lâche pas prise…
      Je suis d’accord que le lâcher prise s’accompagne d’une libération émotionnelle / d’une sensation de retrouver plus de légèreté. Ça se passe autant dans le corps que dans la tête…

      Et je suis aussi tout à fait d’accord sur le fait d’écouter son corps 😉 Ses maux sont des messages de sagesse.

      Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.